AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 say you won't let go. (with embry)

avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
say you won't let go. (with embry) - Mar 5 Juin - 8:12
--------------------


elle a encore reçu un appel, kiara, la soir-même. le même appel depuis plus de six mois. alors la jeune femme, elle ne se fait plus de faux-espoirs. elle n'y croit plus. on lui a déjà fait le coup. on lui a dit qu'il allait rentrer, qu'il était vivant. mais en fin de compte, ce n'était pas lui. alors la belle, elle ne préfère pas y croire. dans son esprit, c'est comme si il n'allait jamais revenir. qu'elle est destiné à rester seule, pour le moment. alors la gamine, elle est sortie. elle est partie avec quelques potes, ceux avec qui elle a passé son enfance et son adolescence. la gamine, elle avait besoin de se changer les idées. elle a tellement été déçue par ces appels à répétitions, qu'une part d'elle n'a plus envie d'y croire. alors elle est allée dans les bars, la jeune femme, entraînée par sa petite bande. elle passe sa vie avec eux depuis son retour. elle passe du temps partagée entre sa famille et les lieux où elle a passé sa vie avant de partir en angleterre. ce soir-là, elle s'est laissée en traînée, encore une fois. elle n'aurait très certainement pas dû. à deux heures du matin, la belle était déjà bien alcoolisée. pourtant, ce n'est que bien plus tard dans la soirée qu'elle est rentrée chez elle. la brunette, elle a vagabondé toute la nuit, avec la petite bande. ce n'est que vers six heures du matin qu'elle a été ramenée chez elle avec sa meilleure amie, par une personne sobre enfin, à côtés des deux jeunes filles tout le monde peut paraître sobre. alors kiara, le lendemain, elle a mal au crâne. vraiment. comme si elle s'est prise la plus grosse cuite de son existence. sa meilleure amie, elle n'est plus à ses côtés. la brune, elle se rend dans la cuisine, passe environ une heure avec son amie avant que cette dernière de reparte chez elle. enfin seule. elle se laisse tomber sur son canapé, avant de filer sous la douche. de retour dans sa chambre pour ouvrir les fenêtres, elle a eu comme une révélation. elle ressort de ses placards plusieurs albums photos, se souvenant de l'appel qu'elle a reçu hier. il est peut-être temps d'annoncer à sa famille qu'elle est fiancée ? ou était ? elle ne sait même plus comment le décrire. la belle, elle laisse une larme couler sur sa joue. il lui manque, plus que tout. la demoiselle, elle n'a même pas entendu la porte s'ouvrir et se refermer. elle entend seulement des bruits de pas. très certainement son amie qui a dû oublier quelque chose. dans le doute, elle prend sa lampe de chevet, parce que la gamine, c'est une trouillarde. elle descendant lentement les escaliers, pour essayer de ne pas faire de bruits. elle finit par lâcher l'objet, lorsqu'elle entre dans le salon de son appartement. son coeur bat beaucoup plus vite d'un coup en découvrant son visage. elle manque même de tomber en mettant un pied devant l’autre. kiara, elle se dit qu'elle doit rêver, ou que l’alcool doit encore lui jouer des tours. après quelques secondes, elle reprend ses esprits en secouant la tête légèrement. elle ne peut même pas sortir un mot de sa bouche. paralysée quelques instants, elle finit par lui sauter dans les bras, après quelques instants d’hésitation. elle ne s’attendait absolument pas à voir embry ici, pas après tout ce temps.

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 5 Juin - 8:26
--------------------


Il lui ont finalement donné son congé. Il n’est pas tout à fait rétablie, Embry, mais, il n’en pouvait plus d’être loin d’elle. Et rien, ni personne n’aurait pu l’empêcher de prendre l’avion pour la rejoindre chez elle, en Espagne. Il aurait préféré leur résidence Londonienne, dormir dans son propre lit, la peau nue et chaude de la brune contre la sienne. Mais, peu importe. Pas question d’attendre plus longtemps. Tant qu’il peut la prendre dans ses bras musclés, au plus tôt, tout lui convient.

Ainsi, c’est les cheveux en bataille, arborant une barbe dense et vêtu de son uniforme, que le militaire débarque en ville. Il a un peu de mal à se retrouver, mais on lui vient gentiment en aide. On le guide jusqu’à l’immeuble de sa bien-aimée qu’il est impatient de retrouver. Il profite alors du fait qu’une résidante quitte l’immeuble pour y entrer puis il marche lentement et nerveusement vers l’appartement de Kiara. Il sourit, rien qu’en pensant à elle. Il est si préoccupé par leur retrouvaille, qu’il ne ressent plus aucune douleur, si ce n’est le coeur qui bat terriblement fort, contre sa poitrine. Les battements sont si bruyant, que lorsqu’il frappe à la porte, il n’entend pas ses propres coups.

Alors, il entre. Il fait quelques pas. Et lorsqu’il s’apprête à ouvrir la bouche pour s’annoncer, elle apparait du haut de l’escalier. Les lèvres de l’homme s’étire en un sourire rayonnant. Il ne remarque pas immédiatement l’objet entre les doigts délicats de sa douce, bien trop obnubilé par son superbe visage. « Bonjour... » qu’il lance finalement, un sourire dans la voix.

Et à défaut de le saluer en retour, Kiara coure vers lui. Embry a à peine le temps de déposer son sac au sol. Il l’attrape au vol. La serre si fort contre lui, qu’il craint de lui faire du mal. « Tu m’as tellement manqué... » Et encore, ce n’est qu’un euphémisme. Mais, il ne croit pas nécessaire de lui en dire plus. Il préfère venir capturer ses lèvres jolies dessinées des siennes. Un baiser doux, tant désiré. « Laisse moi te regarder... » Il la dépose au sol, attrapant ses mains au passage, puis fait un pas en arrière. « J’en avais presque oublié à quel point tu es belle, et comme tu sens bon! » qu’il admet, lorsque l’odeur de son amoureuse parvient à ses narines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 5 Juin - 8:49
--------------------


kiara, elle s'attendait à tout, sauf à ça. elle s'attendait à voir l'une de ses soeurs, peut-être s amère ou son amie, partie quelques instants plus tôt. voir même quelqu'un qui s'est juste trompé de porte dans l'immeuble. mais la belle, elle ne s'attendait pas du tout à voir débarquer embry après six mois. six long mois d'attente où elle n'a rien reçu, à part une lettre expliquant qu'il va partir pour une mission à risque. alors qu'elle se blottie entre les bras de son fiancé, la brune, elle est partagée. elle est partagée entre l'envie de ne plus jamais le quitter, et de l'incendier pour n'avoir rien envoyé. mais la jeune femme, elle n'a pas envie de se battre, pas alors qu'elle vient seulement de poser ses yeux sur lui. « tu m'as tellement manqué ... » kiara, elle est émotive, trop émotive sans doute. elle laisse des larmes couler sur ses joues. elle est toujours incapable de prononcer un mot. elle n'y croit toujours pas. à ses yeux, ce n'est qu'une rêve. parce qu'elle a rêvé de ce jour là, presque toutes les nuits depuis plus de six mois. « tu m'as tellement manqué aussi. » prononce-t-elle dans un murmure. la demoiselle ferme les yeux alors que les lèvres de l'homme qu'elle aime viennent se poser sur les siennes. elle n'a pas envie que ce moment s'arrête. elle attend depuis bien trop longtemps ce moment. elle voudrait que le temps s'arrête, juste pour un instant. « laisse moi te regarder ... » lorsqu'il la dépose au sol, elle boude. elle veut pas descendre, la gamine, elle voudrait rester dans ses bras. mais la jeune femme, elle tourne sur elle même, gardant sa main dans celle d'embry. elle n'a jamais aimé qu'on la regarde. non, la belle, elle est plutôt discrète. « j’en avais presque oublié à quel point tu es belle, et comme tu sens bon ! » kiara, elle esquisse un large sourire. c'est lui, qui lui avait offert ce parfum pour son anniversaire, pour ses vingt-trois ans. elle n'a pas tellement changé, mise à part quelques mèches dans les cheveux. elle prend alors le temps de le détailler, passant sa main dans ses cheveux, scrutant son visage comme si elle le voyait pour la première fois. elle se blottie une nouvelle fois entre ses bras, comme pour s'assurer qu'il est bien réel. elle a besoin de sentir son coeur battre dans sa poitrine, de se laisse enivrée par son parfum. elle se détache, lentement, avant de plonger ses prunelles dans les iris d'embry. « je ... j'ai cru que tu ne reviendrais pas .. » kiara, elle est submergée par l'émotion. sa vue se brouille petit à petit à cause des larmes, elle décide alors de se poser sur le canapé, étant certaine qu'elle va finir par tomber si elle reste debout. la jeune femme, elle entraîne le brun avec elle, ayant toujours sa main sans la sienne. « je pensais ne plus te revoir ... » étrangement, elle se sent coupable. mais kiara, elle n'a rien fait de mal, elle a juste déménagé.

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 5 Juin - 10:28
--------------------


C’est si bon, de la tenir dans ses bras. De sentir son coeur pur et bien trop grand, battre en harmonie avec le sien. « tu m'as tellement manqué aussi. » Ça le rassure, au moins un peu, alors il lui sourit... parce que là-bas, les hommes se sentent bien seuls. Lorsqu’ils ne sont pas sur le terrain, sur le qui-vive, ils n’ont que ça à faire, penser à leur bien-aimée. Maintenant qu’elle est tout près, il ne la quitte plus des yeux. Il essaie de la réconforter et d’éponger les perles sur ses joues rougies par ses pleurs. Seulement, il ne trouve pas les bons mots, Embry. Il comprend que c’est difficile, pour elle. Elle qui n’a pas choisi ce métier, mais qui doit vivre avec les conséquences. Et si lors des premières missions, Kiara et lui, ont pu s’écrire et profiter des nouvelles technologies pour rester en contact, ce ne fut pas le cas cette fois. Et il a trouvé ça difficile, Embry. À peine fiancés et déjà loin. Surtout qu’il est pas bête. Il savait très bien qu’elle s’inquiéterait... mais, il ne pouvait rien y faire.

Alors, il profite de sa présence pour faire le plein de souvenir. Embry souhaite la regarder, la contempler. Et Kiara, pour une fois, accepte sans rouspéter. Elle tourne et sans même le réaliser, lui en mets plein la vue. Embry, il arrive pas à croire qu’une femme aussi magnifique à l’intérieur, qu’à l’extérieur, ait pu le choisir. Il n’arrive pas à croire qu’après tout ce qu’il lui a fait vivre, elle soit encore là. Et lorsque la belle sourit, il remercie le ciel une fois de plus. Et son coeur est sur le point d’exploser, tant sa seule présence suffit à le rendre heureux.

Puis, à son tour, Kiara l’observe. Elle passe une main dans ses cheveux, avant de se blottir une nouvelle fois contre lui. Le contact est agréable. Si agréable, qu’il perd toute notion du temps. Alors, lorsque leurs deux corps se séparent, Embry revient à lui. Il sent son amoureuse un peu plus fébrile, encore. Le regard brumeux de Kiara et sa voix tremblante lui brise le coeur. « Hey! Ne dis pas ça... » Il approche sa main libre du visage de sa dulcinée, afin d’essuyer une larme. Et caresse ensuite doucement sa joue du revers de la main. « Mon amour... Tu sais bien que je trouverai toujours le chemin pour revenir vers toi! Tu le sais, pas vrai ? » Et il n’y a rien de plus vrai. Le militaire la suivrait au bout du monde.

Ainsi, c’est dans la ville où elle a grandi, qu’il l’a rejointe. Et lorsqu’elle l’emmène avec elle au salon, Embry resserre l’emprise de sa main, dans la sienne, entrecroisant par le fait même leurs doigts. Comme s’il voulait lui faire comprendre qu’il ne la quitterait jamais réellement. Et s’il essaie tant bien que mal de rester fort, l’émotion le submerge aussi. Les yeux humides de son amoureuse, le touche sincèrement. Et le brun doit se racler la gorge, incapable pour l’instant de prononcer un seul mot. Il doit prendre une courte minute, avant de lui répondre. « Personne n’aurait pu me retenir loin de toi plus longtemps! » qu’il lance, avant de glisser ses mains sous les cuisses de Kiara, afin de la déposer sur ses jambes meurtries. Mais, l’envie de la serrer contre lui est bien plus grande que la douleur engendré par le poids de l’amour sur sa jambe blessée. Si bien qu’il arrive à l’oublier momentanément. Au moins le temps de lui voler un nouveau baiser. « Sèche tes larmes, mi corazón! J’suis là maintenant et je ne vais nulle part. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 5 Juin - 14:22
--------------------


la jeune femme réalise peu à peu que tout ceci est bien réel. que son homme est revenu à la maison. enfin, venu en espagne pour la retrouver. si jamais il revenait au pays, kiara avait laissé une lettre, avec ses coordonnées, pour qu'il la retrouve facilement. mais la belle, elle avait laissé a sans trop de conviction, sans se douter qu'il allait effectivement revenir au pays un jour. elle a détesté cette période, sans nouvelles de lui, à se demander constamment si le pire lui est arrivé. mais elle va vivre ça tout le temps, du moins, tant qu'embry va partir en mission. elle secoue très légèrement la tête, chassant cette idée de son esprit. elle n'a plus envie d'y penser. après tout, il est de retour. là, maintenant. alors pourquoi penser au pire ? « hey ! ne dit pas ça ... » kiara baissa la tête, honteuse. elle a préféré penser au pire, qu'elle n'allait plus jamais le revoir, simplement au cas où ça se transformait en vérité. au cas où elle ne pourrait plus poser ses prunelles sur lui. « désolée .. » elle essaye de retenir ses larmes, sans succès. un mélange de joie et de tristesse. elle ne sait pas vraiment comment l'expliquer. « mon amour ... tu sais bien que je trouverai toujours le chemin pour revenir vers toi ! tu le sais, pas vrai ? » la gamine de vingt-quatre ans, elle pleure de plus belle. elle a attendu des mois d'entendre à nouveau voix. elle a reçu des lettres, oui, mais ce n'est pas la même chose que d'avoir la personne au téléphone. kiara esquisse un sourire. elle ne pourrait pas passer sa vie sans lui. « oui, je n'en doute pas ... mais j'ai eu tellement peur qu'il puisse t'arriver quelque chose. » ses larmes, elles ont enfin cessées de couler. du moins, pour le moment. elle essuie le reste de ses larmes avec la manche de son pull. elle est tout simplement heureuse de le voir à nouveau à ses côtés. « personne n’aurait pu me retenir loin de toi plus longtemps ! » la brunette, elle esquisse un nouveau sourire. elle se laisse faire, plaçant ses bras autour du coup d'embry avant de poser ses lèvres sur les siennes. elle est un peu comme une enfant qu'il faut rassurer. elle passe une main dans ses cheveux, jouant avec quelques mèches. elle a toujours adoré jouer avec les cheveux du brun. « sèche tes larmes, mi corazón ! j'suis là maintenant et je ne vais nulle part. » ses larmes, elles ont totalement disparue. la jeune femme veut juste profiter de l'instant présent, ne pas penser à la prochaine fois où il va devoir repartir loin d'elle. « au fait, ça va toi ? » kiara, elle se redresse en posant cette question. elle s'inquiète toujours autant pour lui. et elle va toujours s'inquiéter pour lui. elle se décale, plaçant son fessier sur le canapé. elle reprend l'une de mains d'embry dans les siennes pour la porter à ses lèvres. elle a besoin de son contacte. « oh, d'ailleurs, tu sais pour combien de temps tu vas rester ? » c'est peut-être la deuxième question qui compte le plus pour elle, après savoir comment il va. elle espère qu'il ne va plus jamais repartir, mais la brune sait très bien qu'il va repartir, un jour.

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 5 Juin - 23:26
--------------------


Kiara baisse les yeux en s’excusant. Certain qu’il n’y a pas de raison, son fiancé appuie doucement sur le menton de la jeune femme du bout des doigts, afin qu’elle le regarde. C’est un visage humide qu’il aperçoit. Kiara dans les bras, la lèvre inférieure du jeune soldat tremble. Entre la joie, la peur et l’amour, l’émotion le gagne à son tour. Il tente tant bien que mal de la rassurer, Embry. Si bien, qu’il parvient à lui retirer un semblant de sourire. « oui, je n'en doute pas ... mais j'ai eu tellement peur qu'il puisse t'arriver quelque chose. » Et cette fois, il en a fallu de peu. Le brun aussi, a eu peur. Il souhaitait tant la revoir. Et c’est possiblement ce qui l’a maintenue en vie. Mais, ça, il ne peut pas le lui admettre pour le moment... parce que s’il le faisait, il lui faudrait aussi mentionner le traumatisme crânien que l’incident a engendré. En plus des entorses wt de la balle qu’il a reçu dans la jambe.

Il se tait donc pour l’instant, Embry. Et il l’aide a essuyer ses larmes, de ses pouces. La jeune femme, elle, utilise la manche de son haut. Une belle enfant. Embry sourit, à la fois amusé et charmé, avant de la rassurer une nouvelle fois. Et ce n’est pas que pour la calmer. Rien n’aurait pu le séparer d’elle, si ce n’est la mort. Et Embry, il n’était pas prêt à tirer sa révérence.

Alors, cette fois, Kiara sourit et se laisse soulever par son homme, qu’elle serre contre elle. Et à cet instant, il est au paradis. Sa fiancée dans les bras, ses mains féminines dans ses cheveux bruns. Elle les caressent. Embry ferme les yeux un instant, un sourire béat aux lèvres.

Lorsque sa fiancée lui demande comment il va, le sourire d’Embry disparait lentement. Il passe une main dans ses cheveux bruns hirsutes. Il cherche ses mots. Comment lui dire qu’il a fait une chute qui aurait pu lui être mortelle ? Qu’il s’est lui-même jeté dans le vide, afin d’éviter qu’on le descende, après que l’ennemie l’ait encerclé lui et ses hommes, puis atteint à la jambe... « Ça va... » Il essaie de lui faire croire, sans mauvaise intentions, alors qu’elle se redresse, puis s’installe à ses côtés. « Ça ira! » qu’il ajoute, en baissant les yeux. Le militaire suit alors leurs mains et il sourit lorsqu’elle y dépose un baiser. « J’en sais rien. Quelques mois, une année... Ça dépend de la convalescence... Je vais avoir besoin de temps. Mais, t’en fais pas. C’est rien de bien grave... »

Le militaire préfère ne pas trop entrer dans les détails, pour l’instant. Il sait qu’il ne pourra pas le lui cacher bien longtemps. Après tout, même s’il taisait les évènements, Kiara remarquerait les plaies sur son corps, dès l’uniforme retirer. D’abord l’attèle à la jambe le trahirait. Et c’est sans parler de la cicatrice de la balle qu’on lui a retirée dans la jambe. Mais, ils auront bien le temps d’en discuter plus tard. Pour le moment, il ne veut pas qu’elle s’inquiète, pas plus qu’elle ne l’a déjà fait. Du coup, il s’arrête là. « Je vais être référé rapidement au département de traumatologie, puis à un centre de réadaptions et tout ira bien! Mais, toi ? Comment tu vas ? Tu es ici depuis combien de temps ? » Il ne lui en veut pas. C’est n’est pas un reproche, au contraire. Il croit que c’est bien, qu’elle ait été chez elle, avec sa famille, durant ce moment difficile pour eux deux. Il est simplement curieux, Embry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Mer 6 Juin - 0:23
--------------------


tant bien que mal, kiara, elle essaye de se contenir. d'habitude, elle est pas du genre à laisser ses larmes coulent comme ça. mais là, elle ne pouvait les retenir. elle avait imaginé ce moment, elle en avait rêvé. elle renifle, la gamine. telle une enfant. elle a besoin d'être auprès de lui. elle n'a plus envie de le lâcher, de le voir partir loin d'elle même pour une journée. elle ne se voit plus avancer sans lui. lorsqu'elle y pense, elle ne sait même plus comment elle a pu tenir six longs mois sans revoir son visage, ni entendre sa voix. elle ne peux plus se passer de lui. elle se sent tellement bien à ses côtés. c'est la première fois qu'elle tombe amoureuse. réellement amoureuse d'une personne. elle a eu des relations, mais jamais aussi sérieuses qu'avec embry. elle ne s'est jamais sentie aussi bien auprès de quelqu'un. kiara, elle lui demande comme il va. ses prunelles scrutent le visage du beau brun, elle voit son sourire disparaître d'un coup. « ça va ... » elle s'inquiète, la demoiselle. elle ne le croit pas une seule seconde lorsqu'elle regarde son visage. « ça ira ! » elle esquisse un sourire, qui disparaît assez vite. elle sait très bien qu'il ne veut pas en parler et, d'un côté, elle peut le comprendre. mais la jeune femme, elle a envie de savoir ce qu'il s'est passé. elle veut comprendre. mais elle n'en rajoute pas plus. après tout, il va finir par tout lui dire au bout d'un moment. « j’en sais rien. quelques mois, une année... ça dépend de la convalescence... je vais avoir besoin de temps. mais, t’en fais pas. c'est rien de bien grave... » cette phrase, ça l'a fait angoisser. rien de grave. elle n'y croit pas. elle s'inquiète encore plus. elle se pose des questions. elle se fait des films, comme à son habitude. elle se demande ce qu'il a bien pu lui arriver ces six derniers mois. elle esquisse un sourire, essayant de ne pas trop montrer son inquiétude. « si tu le dis .. » elle n'arrive pas à prononcer d'autres mots. elle n'a pas envie de le faire chier avec des questions. elle n'a pas envie d'une dispute. elle va attendre, laisser faire le temps. un jour ou l'autre, elle na finir par tout savoir. enfin, elle l'espère. elle secoue légèrement la tête, puis, elle se retourne. elle pose sa tête sur les jambes de son fiancé. elle le regarde, souriante. elle ne peut pas détourner le regard. elle est comme une enfant, fasciné par son visage. « je vais être référé rapidement au département de traumatologie, puis à un centre de réadaptions et tout ira bien ! mais, toi ? comment tu vas ? tu es ici depuis combien de temps ? »  « ça va beaucoup mieux depuis que tu es rentré. » elle prononce ces mots en se redressant pour poser ses lèvres sur les siennes, avant de reposer sa tête sur les jambes du brun. elle pourrait l'embrasser constamment. « je suis arrivée il y a quelques semaines. j'me suis dit qu'il fallait que je revienne un peu ici, pour changer d'air et revoir ma famille. » elle se sent coupable. d'être partie, d'avoir quitté leur appartement. leur endroit à eux. la belle brune, elle se lève, se plantant devant son bien aimé, comme si elle avait eu une révélation importante. « oh, t'as peut-être soif ? ou faim ?  »

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Mer 6 Juin - 1:44
--------------------



Embry essuie délicatement les larmes de son amoureuse. Touché de toutes les manières possibles, par celles-ci. Ses yeux d’homme sont eux-même légèrement embrouillé. La joie est trop grande, le soulagement aussi. Mais, c’est de la voir, elle, dans cet état qui est le plus difficile. C’est d’imaginer ce qu’elle a du vivre, à devoir attendre impuissante, des nouvelles qui ne venaient plus. Alors qu’Embry, à l’autre bout du monde, trop loin d’elle, avait du mal à respirer, sans Kiara. Sa bouffée d’air frais. Et, ça aussi, parfois, ça lui fait peur... Être tombé amoureux si vite et si fort. Si facilement, alors que tout ce qu’il découvre chez elle, lui plait. Ses qualités et ses défauts. Il aime tout. Tout ce qu’elle est, et tout ce qu’il devient à ses côtés.

C’est aussi pour toutes ces raisons, qu’il ne peut s’empêcher de vouloir l’épargner. La protéger de tout, même de lui-même, à quelque part. Alors, il répond vaguement. Il n’a pas envie de lui mentir, Embry. Il n’est pas comme ça. Il n’a jamais été très loquace, en ce qui le concernait. Mais, avec elle, et pour elle, il fait généralement un effort. Seulement, cette fois, il considère que c’est un sujet un peu trop lourd pour des retrouvailles. Le militaire prévoit plutôt lui en parler un peu plus tard. En abordant un sujet à la fois, afin qu’elle ait le temps d’assimiler les faits. Embry il sait qu’une fois qu’il lui aura raconté les évènements, sa plus récente mission, elle risque de ne plus pouvoir se la sortir de la tête. Elle aura plus peur encore. Alors, il en dit le moins possible. Il lui raconte les choses au compte goute. Embry, il sait que cette façon de faire ne plait pas à sa fiancée. Et il apprécie qu’elle le respecte suffisamment pour ne pas le brusquer.

Seulement, elle est aussi intelligente qu’elle est belle, sa fiancée. Il n’en croit rien. Elle n’en dit pas grand chose, non plus. « Ne boude pas! » qu’il lâche. Il rigole. « Je te raconterais ce que je peux, un peu plus tard. Mais, pour l’instant, je veux profiter de nos retrouvailles! Je les aient tant attendues... » Il replace une mèche de ses cheveux soyeux, avant d’embraser son front. « Et je ne veux surtout pas que tu t’inquiète inutilement! » qu’il ajoute finalement, alors que Kiara s’installe confortablement sur ses genoux. Embry grogne un peu, lorsqu’elle y dépose sa tête. Il se crispe légèrement, sous la douleur. Et puis, une fois l’étudiante en place, le brun se détend à nouveau. Kiara lui sourit.

Et il ne peut en faire autrement. Alors, en continuant, il lui rend son sourire, tout en caressant d’un main les cheveux de son amoureuse. « Le département de traumatologie, c’est un grand mot. Ça semble grave... Mais, c’est qu’une petite commotion cérébrales... Il faut pas s’en faire! » qu’il précise. Il n’aurait pas du utiliser l’adjectif choisi, car il minimalise sa condition. Et puis, c’est en contradiction avec le suivi qui lui est imposée. Il la questionne à son tour. Pour changer de sujet, mais véritablement intéressé, tout de même. « Ça va beaucoup mieux depuis que tu es rentré. » Embry il n’a pas le temps de lui répondre, qu’elle capture déjà ses lèvres des siennes. Mais, il est bien loin de s’en plaindre.

Ainsi, il la suit, se penchant vers l’avant afin de prolonger un peu. « Je suis arrivée il y a quelques semaines. J’me suis dit qu'il fallait que je revienne un peu ici, pour changer d'air et revoir ma famille. » Le grand brun hoche la tête. « C’est une bonne idée. Tu as bien fait! » Il aurait été rassuré, Manning, de la savoir avec ceux qu’elle aime. Et il espère qu’elle a su profiter de ces moments en famille, malgré tout. Mais, il n’a pas le temps de se questionne d’avantage, qu’elle s’éloigne. « Où tu crois aller, toi ? » qu’il demande, attrapant sa main droite. « Le personnel a eu pitié de moi durant le trajet. Ils m’ont nourrie... » S’il plaisante, c’est également vrai. Là, tout de suite. Tout ce qu’il veut, c’est elle! « Tu as faim, toi ? Tu voudrais qu’on sorte ou commande quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Mer 6 Juin - 2:27
--------------------


elle est heureuse, la gamine, plus que jamais. ces derniers mois, il fallait la faire chier plusieurs heures pour lui arracher un sourire, la faire rire. et aux fils des mois, c'était de pire en pire. mais maintenant qu'il est revenu, elle est de nouveau elle-même, la petite kiara. embry, il lui demande de ne pas bouder. alors, la jeune femme, elle sourit de toutes ses dents. elle n'était pas aussi heureuse lorsqu'il n'était pas avec elle. lorsqu'il était loin. là, elle est bien, kiara, elle n'a même plus envie de quitter son appartement. elle voudrait rester ici, avec lui, pour toujours. ne plus voir le monde, rester que tous les deux. « je te raconterais ce que je peux, un peu plus tard. mais, pour l’instant, je veux profiter de nos retrouvailles! je les aient tant attendues ... » elle hoche la tête, sans rien dire. d'un côté, elle a envie de savoir, mais de l'autre, elle a peur de ce qu'il pourrait lui annoncer. elle chasse ces idées de son esprit. l'heure n'est pas à l'inquiétude. elle veut juste profiter de l'instant, à ses côtés. « et je ne veux surtout pas que tu t’inquiète inutilement ! » elle l'embrasse une nouvelle fois. il la protège, tout le temps depuis qu'ils se sont mis en couple. kiara, elle ne s'est jamais sentie aussi protégée par quelqu'un. ses parents, ils l'ont toujours trop couvée. inutile de décrire leurs visages lorsque la brunette, âgée de dix-huit ans, a dit qu'elle voulait partir en angleterre pour ses études. « mais je ne m'inquiète pas, enfin pas tellement, j'te fais confiance, mon amour. » faux. elle s'inquiète, beaucoup. mais vrai, elle lui fait confiance. c'est sans doute pour ça qu'elle n'en rajoute pas, qu'elle va éviter le sujet au cours des prochaines journées. elle préfère qu'il avance à son rythme. « le département de traumatologie, c’est un grand mot. ça semble grave ... mais, c’est qu’une petite commotion cérébrales ... il faut pas s’en faire ! » elle fait la moue, une seconde fois. mais il n'a pas tord, il vaut mieux éviter le sujet. elle n'a pas vraiment envie de savoir, enfin, pas maintenant, tout ce qu'il s'est passé. alors elle secoue la tête. elle ne veut plus y penser. « ça ne te dit pas d'arrêter de parler de ça ? genre, pour tout le reste de la soirée ? » la demoiselle, elle enchaîne par des réponses à ses questions. elle annonce qu'elle est arrivée ici il y a plusieurs semaines maintenant, pour retrouver ses parents ainsi que ses frères et soeurs. « c’est une bonne idée. tu as bien fait ! » la belle, elle esquisse un sourire. elle a longuement hésité, avant de revenir à seville. elle ne voulait pas quitter l'angleterre. quitter leur petit appartement. elle n'en avait pas réellement envie. à ses yeux, c'était comme si elle l'abandonnait. lui. et elle s'en voulait, la demoiselle, elle a même pensé à rentrer. mais non, ses proches l'ont retenue. le brun, il lui demande où elle va. elle hausse les épaules, kiara, comme perdue. elle veut s'occuper de lui, qu'il se repose le plus possible. « le personnel a eu pitié de moi durant le trajet. ils m’ont nourrie ... » elle rigole, kiara, pour la première fois depuis le retour de son homme. elle n'a pas pu s'en empêcher. « tu as faim, toi ? tu voudrais qu’on sorte ou commande quelque chose ? » elle réfléchit quelques instants. elle n'a pas envie de sortir. elle a pas envie de s'habiller et de voir le monde extérieur. non, elle veut rester ici, dans cette petite bulle où ils ne sont que tous les deux. « et si on restaient ici ? j'ai pas trop envie de bouger. et oui, ont peut toujours commander un truc. » la belle, tout en prononçant ces mots, reprend place sur le canapé. elle laisse ses prunelles divaguer dans la pièce, pour tomber sur des brochures, sous la table du salon. elle se penche, puis les prends en main avant de les disposer sur la table. « tu as une préférence ? » elle pose son regard sur embry, puis sur les dizaines de brochures. la cuisine, c'est pas vraiment son truc. alors quand elle le peut, la brune, elle commande pour ne pas sortir de son canapé. elle se relève, s'absente quelques instants sans rien dire, pour revenir avec une bouteille de vin ainsi que deux verres à pied. elle les déposent délicatement sur la tables, évitant de tout faire tomber. « j'me disais que c'était le bon moment pour ouvrir une bouteille. » dit-elle en laissant un large sourire se déposer sur ses lèvres.

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Mer 6 Juin - 4:09
--------------------


Lorsqu’elle l’arrête, l’air inquiète, Embry acquiesce. « Oui, t’as raison. Ça suffit! » qu’il conclu, bien conscient qu’en fait, il faisait tout le contraire de ce qu’il annonçait. À quelque part, c’était pour la rassurer, la préparer à ce qu’il lui raconterait plus tard. À ce qu’elle verrait inévitablement, dans la chambre à coucher. Il ne pourra pas nier les plaies qui cicatrisent lentement sur sa peau, la chaire à vif par endroit. Tôt ou tard, Embry devra expliquer toutes ces ecchymoses qui longent ses côtes et sa colonne vertébrale. Il ne pourra pas lui mentir, ce n’est pas son genre. Il devra lui expliquer la raison de son saut dans le vide. Embry sera bien obligé de lui avouer qu’il a été pris dans une embuscade avec son régiment. Que sept d’entre eux ont été dépêché afin de mener à bien la mission. Secrète. Et pourtant, on aurait juré que chacun de leur gestes étaient connus de l’ennemie. Pour toutes ces raisons, il en a ajouté, lui en donnant un peu plus à en mettre sous la dent, relativement à son état. Et c’est aussi pour cela, que lorsqu’elle prétend ne pas être trop inquiète, Embry accueille le baiser et laisse couler ensuite. Le militaire en convalescence sait qu’elle ne lui mettra aucune pression, qu’elle attendra patiemment qu’il soit prêt à lui en parler. Même si ça la démange. Et il l’aime pour ça, également. Kiara est merveilleuse. Elle est parfaite. Si parfaite, qu’il doit régulièrement se pincer pour y croire.

Perdu dans ses pensées, il revient à lui uniquement lorsqu’elle se lève. Embry la questionne sur ses intentions. Et Kiara, elle hausse simplement les épaules. Un peu dans les vapes, elle aussi. Alors, il sourit. Il comprend, Embry. Lui-même ne sait pas trop quoi faire. Il est à la fois survolté, énergisé d’être en sa compagnie et complètement épuisé. Il dormirait des jours entiers... Et donc, sur le moment, il ne sait pas vraiment quoi faire de son corps, Embry. Ce corps endolori, en manque de chaleur humaine. Ce corps en recherche du sien, de la peau douce de Kiara. Embry, il est aussi un peu perdu. Il n’est pas mal à l’aise, mais, il lui faut un moment pour s’adapter. Chaque fois. Même avant qu’ils n’emménagent ensemble. Il a toujours eu besoin de temps, pour vraiment se sentir à la maison, de retour à sa vie avec elle. Comme si pour l’instant, il craignait qu’on ne le ramène immédiatement à la base militaire, ou encore, qu’un adversaire sorte de nulle part pour les attaquer. Encore affecté par le traumatisme crânien, il commence à fatiguer, déjà. Il a plus de mal à rester concentrer. Les émotions sont fortes Trop de questions et d’explications en peu de temps. Et pourtant, il voudrait tout savoir de ces neuf mois qu’ils ont vécus séparés l’un de l’autre. Embry, il veut savoir comment vont ses cours, ce qu’elle a fait tout ce temps. Ce qui a déclenché ce besoin de changer d’air. Il aimerait lui demander également comment se sont passé les retrouvailles entre elle et la famille Aguilar. Mais, il a un peu de mal à aligner les mots. Il ne sait pas exactement où commencer. « Comment ça se passe ? Les profs ont été compréhensif, avec toi ? Tu as revu ta famille ? »

Ses yeux s’illuminent. Il revient un peu plus à lui, en entendant son rire. Une musique à ses oreilles. Si douce, qu’un sourire apparait sur le visage fatigué du brun. Sans effort, sans s’en rendre compte. « Et si on restaient ici ? J’ai pas trop envie de bouger. et oui, ont peut toujours commander un truc. » Il hoche la tête, satisfait. Embry, il serait sortie pour elle. Il aurait fait l’effort sans soucis. Mais, profiter de la soirée à deux, loin du reste du monde, lui convient tellement plus. Embry, il est bien content de ne pas avoir à la partager ce soir. Ni avec la famille, ni avec les amis.

Elle reprend place à ses côtés temporairement. Juste le temps de sortir des brochures de restaurants et de traiteurs du coin. « Tu as une préférence ? » Embry secoue la tête de droite à gauche, avant de la regarder s’éloigner. Il devine qu’elle rejoint la cuisine, aux bruits qui lui parvient. Il n’est pas surpris, lorsqu’elle réapparait avec un bouteille. Elle est sans doute bien méritée pour le jeune couple. « Ah oui ? En quel honneur ? » qu’il blague, avant de reprendre, tout sourire. « Tiens, donne la moi... » qu’il lance, en lui prenant tout doucement la bouteille des mains. Embry, il sait qu’elle n’a pas besoin de lui, qu’elle peut le faire seule. Seulement, c’est tout naturellement qu’il lui offre de l’ouvrir pour elle. On lui a appris à traiter les femmes comme les princesses qu’elles sont. Le contraire aurait été étonnant, considérant qu’il a principalement été élevé par deux femmes. La madre e la nonna. Alors, il lui ouvre la porte, Embry. Il tire la chaise à son amoureuse, qu’elle puisse s’y asseoir. C’est pas grand chose. Des petits détails comme ça. Mais, ses parents y tenaient. Et ils sont parvenues à faire de lui un homme bien, galant et bienveillant. La plupart du temps.

Ainsi, une fois ouverte, le militaire sert sa belle brune, avant de se servir. Il sait qu’il ne devrait pas boire. Ce n’est pas recommandé avec la médication qu’on lui a prescrite. Mais, il a envie de célébrer ce soir, de faire une exception. Alors, lorsqu’elle revient, Kiara, l’homme lui tend une coupe. « On commande italien ? » qu’il demande, connaissant déjà la réponse. C’est qu’il connait bien son amoureuse et ses préférences. Lui, il n’a pas très faim. Il n’est pas difficile. Après tout ce temps loin de chez lui, à manger principalement des plats bouillies, tout lui semble délicieux, de toute manière. Alors, il se lève pour la rejoindre. Non sans difficulté. Il doit s’appuyer sur la table basse, Embry et y mettre tout son poids. Il grimace légèrement. Mais, une fois sur ses deux jambes, le grand brun attrape la deuxième coupe et décide de trinquer, de lever la coupe de vin dans les airs. « À nous! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Mer 6 Juin - 14:58
--------------------




kiara, elle lui demande d'arrêter d'en parler. de ne plus aborder les sujets qui ont un rapport avec avec ce qu'il a pu vivre ces derniers mois. « oui t'as raison. ça suffit ! » elle esquisse, heureuse qu'ils soient du même avis. c'est sans doute une discutions beaucoup trop sérieuse pour des retrouvailles. mais elle y pense, bien sûr. elle ne peux pas s'empêcher de se demander ce qu'il a bien pu se passer, les blessures qu'il peut avoir. c'est surtout cette dernière chose, qui l'inquiète le plus. elle a peur qu'il ne lui cache quelque chose, comme une blessure assez grave. mais l'espagnol, elle essaye de chasser tant bien que mal ces idées de son esprit. après tout, embry est de retour, alors pourquoi continuer à s'inquiéter ? mais kiara, elle a toujours été du style à s'inquiéter pour tout. elle se demande toujours si ses proches vont bien, alors quand son fiancé est partit, elle s'inquiétait déjà. et lorsqu'elle n'a plus eu de nouvelles, elle angoissait, l'étudiante. elle a reçu une dernière lettre de lui, qu'elle garde toujours dans son porte-feuille, la prévenant qu'il ne pourrait plus lui écrire aussi souvent. mais la demoiselle, elle ne s'attendait pas a ce qu'il ne lui envoi plus rien. elle ne cessait de se demander s'il allait bien, s'il n'était pas blessé. les premières semaines ont été les plus difficiles. alors la jeune femme, elle passait son temps chez les manning, la seule famille qu'elle avait sur place. kiara, elle a toujours été proche de sa belle-famille, depuis qu'elle les a rencontrés. et après tout, eux aussi n'avaient pas de nouvelles. elle passait pratiquement tous les jours, pour se changer les idées, pour ne pas rester seule et enfermer dans son appartement lorsqu'elle n'avait pas cours. « comment ça se passe ? les profs ont été compréhensif, avec toi ? tu as revu ta famille ? » les paroles de son bien-aimé la font sortir de ses pensées. elle passe une main dans sa chevelure, tout en laissant un sourire s'installer sur ses lèvres. la brunette, elle n'a informé que vaguement l'administration de l'université qu'elle partait quelques temps pour des raisons personnels. elle a simplement envoyé un mail, sans même se donner la peine de prévenir en personne les secrétaires. elle hésite, avant de prendre la parole. « oui, enfin, comme une administration d'université peut l'être. » elle laisse échapper un petit rire. « oui, j'ai revus mes soeurs. et mes parents aussi, quelques fois ... » ces géniteurs, la jeune femme voudrait bien les éviter. depuis qu'elle est de retour, elle reçoit des messages et des appels de sa mère, lui demandant de venir vivre avec eux à la maison. ils la considère encore comme une enfant, un bébé qu'il faut qu'ils protègent. alors que kiara, elle est majeure, et fiancée. oh, elle vient d'y penser. très vite, ses parents vont savoir qu'elle a quelqu'un sans sa vie, ils finissent par tout savoir au bout d'un moment. et ils vont vouloir le rencontrer. la belle, elle a parlé à embry de sa famille, bien sûr, mais il ne les a jamais rencontrés. elle a toujours trouvé une excuse pour ne pas aller en espagne, parce que la jeune femme, elle redoute cet instant. elle n'a jamais présenté un homme à sa famille, et connaissant ses parents, ça ne va pas être un moment plaisant. elle secoue la tête en ramenant la bouteille de vin dans la pièce.  « ah oui ? en quel honneur ? » l'étudiante, elle le fixe, quelques instants, avant de poser ses lèvres sur les siennes. « je n'en sais rien. en quel honneur pourrions-nous ouvrir une bouteille de vin ? » elle veut célébrer son retour, alors quoi de mieux qu'une bouteille de vin ? et la brune, elle a besoin de se détendre, après toutes ces émotions. elle laisse la bouteille lui glisser entre les mains, posant son regard sur son futur époux. kiara, elle est maladroite, très maladroite. ça lui ait déjà arrivé de faire tomber des verres, et des bouteilles de vin. alors elle le laisse faire, elle n'a pas envie casser quelque chose ce soir. « on commande italien ? » les yeux de l'étudiante, ils s'illuminent. elle hoche la tête, répondant positivement à sa question. la aguilar pourrait passer son temps à manger des plats italiens. lorsqu'elle a voyagé sur le sol italien pour la première fois, elle ressemblait à une enfant qui vagabondait dans disneyland. elle ne sait pas trop pourquoi elle adore ces plats, mais elle passe son temps à commander des plats italiens lorsqu'elle n'a pas le courage de se préparer à manger, c'est-à-dire assez souvent en fait. la jeune espagnol croise ses jambes en tailleur sur le canapé avant de prendre le verre a pied entre ses deux mains. « à nous ! » elle lève son verre, souriante. elle ne pourrait pas être aussi heureuse qu'en cet instant. « à nous ! » la brune, elle entrechoque son verre avec celui du beau brun avant de boire une première gorgée du breuvage. ses prunelles divaguent dans la pièce. tout semble différent, maintenant qu'il est revenu. elle se perd dans ses pensées. elle réfléchit quand instants, quelques secondes, avant de plonger son regard dans celui d'embry. « j'me disais, il serait peut-être temps que tu rencontres mes parents ... non ? » kiara, elle est elle-même surprise de ces paroles. mais après tout, ça fait deux années qu'ils sont ensemble, et ils vont bien finir par se marier. à ses yeux, ça semble être le bon moment. elle scrute son visage, à la recherche d'une réponse à sa question. elle esquisse un mini sourire en coin. « et, mes frères et soeurs aussi ... » les enfants aguilar, ils sont cinq. trois soeurs et deux frères. ils sont proches, tous. enfin, certains plus que d'autres. mais la jeune femme, elle a cette envie que sa famille puisse connaitre l'homme qu'elle aime.

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Mer 6 Juin - 23:43
--------------------


Ils sont d’accord. Ils y reviendront. Le militaire n’a jamais rien caché à son amoureuse. Il lui a encore moins menti. Parfois, il y a des informations qu’il ne peut partager, mais autrement, elle sait tout. Embry ne veut rien lui cacher. Par respect, déjà. Et puis, parce qu’ils ont ce type de relation. Franche, honnête, pure. Ils peuvent tout se dire. Tout naturellement. Ils s’ouvrent l’un à l’autre, partagent leurs inquiétudes, leurs joies, leurs peines. Et la dernière correspondance d’Embry, ce n’était que ça. Il a eu du mal à lui écrire, sachant qu’il n’aurait sans doute pas de nouvelle avant longtemps. Une lettre de temps à autre, peut-être. Mais, là où il allait, il n’y avait pas de réseau. Il ne pourrait plus voir son visite par Skype, ni entendre sa voix. C’est ce qu’il a trouvé le plus difficile. Mais, tous les soirs, Embry s’endormait en pensant à elle, en comptait les jours et les nuits qui le séparait d’elle. Ignorant tout de sa vie et ce qu’elle traversait. Et lorsqu’il lui demande, Kiara réfléchi. Elle passe une main dans ses cheveux bruns et longs. « oui, j'ai revus mes soeurs. et mes parents aussi, quelques fois ... » Et il ne sait trop quoi en dire, Embry. Il ne connait pas encore ces gens. Alors, il ne peut qu’imaginer lesdites retrouvailles et l’impression qu’a eu Kiara de n’être qu’une gamine de 12 ans, auprès d’eux. Elle le quitte ensuite momentanément, quittant la pièce sans s’expliquer. Lorsqu’elle revient, elle tient des verres à vin et une bouteille. Embry lui sourit, sans forcer, tout naturellement. Être près d’elle, enfin, suffit à mettre un sourire sur son visage.

Alors, lorsqu’elle souhaite prendre un verre et marquer son retour, la joie est d’autant plus grande. Le militaire demande ce qu’ils célèbrent et en guise de réponse, il obtient l’un de ces délicieux baisers dont Kiara à le secret. Il profite, la laissant ensuite s’éloigner. Taquine. Le brun lui prend ma bouteille des mains, afin de l’ouvrir pour elle puis de leur servir à boire. « Tu attendais peut-être quelqu’un ? Un homme ? Qu’il te fait plaisir de revoir ? » qu’il demande, tout en ouvrant la bouteille. Embry enchaine ensuite avec le choix des plats à emporter. Et en observant la réactions de son amoureuse, il rit de bon coeur. Il adore ça. Ce côté femme-enfant. Et cette facilité qu’elle a de s’émouvoir. Ou simplement la joie que peut lui procurer de petites choses, comme celle-ci. Sa cuisine préféré qui suffit à la rendre heureuse, en plus du retour de son fiancé. En tous les cas, il l’espère. Puis, elle est si belle, qu’il se perd dans ses beaux yeux bleus. À tout le moins, jusqu’à ce qu’elle détourne les yeux afin de se saisir de la coupe de vin. Ils lèvent alors leur verre à pied le temps de trinquer, puis le porte à leurs lèvres. Et il est si joliment choisi par Kiara, que le militaire se délecte à la fois de la boisson et de la vue qu’elle lui offre. Il avait bien sa photo avec lui, partout. Une tonne de photos d’elle et d’eux. Mais, rien n’égale sa présence.

Elle le prend par surprise, lorsqu’elle sors de ses pensées et lui annonce qu’il serait temps de rencontrer ses parents. Embry ouvre grand les yeux, surpris. Ils ont souvent parlé de la famille de la jeune femme. Longuement, même. Il a vu des photos, entendu des anecdotes. Il connait déjà bien la famille Aguilar. Seulement, elle, ne le connaît pas. À sa connaissance, jamais Kiara n’a mentionné son prénom à un membre de sa famille, ni son existence. Au départ, l’amoureux comprenait qu’elle préférait attendre, voir si la relation fonctionnerait. Mais, les mois et les années ont passés. Ils sont maintenant fiancés. Embry n’a jamais brusqué Kiara. Ils en ont discutés, il comprend qu’elle n’est pas prête. Il sait que ça ne sera pas facile. Il devrait travailler fort, le militaire, pour gagner le coeur de ses beaux-parents. Tout particulièrement les faveurs du père. Mais, il est prêt. Il est même heureux, qu’elle ait envie de le présenter. « T’es certaine ? » qu’il demande. Il sait que pour elle, c’est un grand pas. Il a compris, il y a longtemps, que ce n’était pas parce qu’elle ne l’aimait pas, ou qu’il lui faisait honte. Leur famille sont bien différente l’une de l’autre. « Ça me ferait plaisir de les rencontrer. Tous. » Il sourit en se penchant vers la brune jeune femme. « Ça va bien aller. J’sais me montrer charmant, tu sais... J’vais même faire la paix avoir mon rasoir et me raser, si tu veux! » Il lui vole un baiser, espérant la convaincre. Et qu’elle se détende un peu. Rien que d’y penser, elle semble déjà anxieuse. Le semblant de sourire qu’elle affiche, ne suffit pas à lui faire croire le contraire.


Dernière édition par Embry Manning le Lun 11 Juin - 16:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Jeu 7 Juin - 21:14
--------------------


depuis qu'elle a revu son visage, c'est comme si ces derniers mois n'avaient pas existé, aux yeux de kiara. comme si elle les avaient oublié, balayés en un fragment de seconde. il a suffit qu'elle revoit son visage pour se sentir bien. pour être rassurée. il va bien. elle peux enfin souffler. arrêter de s'inquiéter pour sa vie. parce que la belle, elle n'en dormait plus la nuit. elle se posait les même questions, sans cesse. et pour essayer de s'endormir, elle regardait des photographies, les deux qu'elle gardait sur sa table de nuit. l'étudiante, elle a fait des insomnies, très longtemps, dès le moment où elle n'avait plus aucune nouvelle. mais le plus dur, pour elle, c'était de ne plus entendre sa voix. alors elle écoutait son répondeur, souvent. ou elle regardait des vidéos, stockées sur son téléphone portable ou sur son ordinateur. c'était devenu une habitude au fils de du temps. c’était la seule chose qui pouvait l’endormir. Les paroles de son amant la font sortir de ses pensées. « tu attendais peut-être quelqu’un ? un homme ? qu’il te fait plaisir de revoir ? » un large sourire s’affiche sur son visage. « c’est vrai que mon amant devrait pas tarder. » elle déconne, la jeune femme. l’idée même de tromper son fiancé ne lui a jamais traversé l’esprit. elle l’aime beaucoup trop pour le perdre, surtout avec de la tromperie. elle l'a attendu, et elle l'attendra jusqu'à la fin de ses jours s'il le faut. kiara, elle lui propose de rencontrer sa famille. un grand moment. en deux ans, elle ne lui a jamais proposé une telle chose. alors elle le scrute, cherchant à savoir s'il en pense. « t'es certaine ? » kiara, elle ne sait pas. elle n'a jamais vraiment voulu qu'il rencontre sa famille, du moins, ses parents. ses frères et soeurs, c'est pas le problèmes. la plus jeune des aguilar, elle sait très bien qu'ils seront heureux pour elle. mais ses parents, c'est autre chose. elle les aime, mais elle pourrait couper les ponts s'il n'acceptent pas embry. après tout, elle a quitté l'espagne aussi pour s'éloigner d'eux. « il va bien falloir que tu les rencontrent à un moment, non ? et puisqu'on est tous les deux à seville, je pense que c'est le bon moment, pas toi ? » elle va y aller étape par étape. elle ne sait pas encore comment elle va faire, mais ses parents seront très certainement les dernières personnes des aguilar qu'il va rencontrer. si elle a ses frères et soeurs de sont côté, l'annonce passera sûrement mieux, elle en est certaine. surtout qu'ils ne savent même pas qu'elle a quelqu'un dans sa vie, ses frères et soeurs le sont, mais pas ses géniteurs. kiara, elle sait très bien comment ils auraient réagit. elle se souvient du scandale, lorsque sa soeur aînée a eu un enfant hors-mariage. ça la traumatisée. c'est l'une des raisons pour lesquelles elle est partie, sans avoir leur accord. « ça me ferait plaisir de les rencontrer. tous. » la jeune femme, elle esquisse un sourire. il est tellement compréhensif. elle lui a sortie toutes sortes d'excuse pour ne pas qu'il rencontre sa famille, et elle n'aurait jamais pensé qu'il n'insiste pas. elle, elle a rencontré sa famille assez vite. d'ailleurs, elle les adore. elle est plus proche de la mère d'embry que de la sienne. le mère aguilar, elle est déçu de beaucoup de ses enfants, ils ont pratiquement tous prit un chemin différent  de ce qu'elle attendait d'eux. kiara y comprit. « ça va bien aller. j’sais me montrer charmant, tu sais ... j'vais même faire la paix avoir mon rasoir et me raser, si tu veux ! » elle sourit comme une enfant, essayent de ne pas renverser son verre. « hum ... c'est vrai que tu devrais te raser. » elle reprend une gorgée de vin, en hochant la tête pour appuyer son propos. kiara, elle passe son temps à le taquiner. et là, elle se sentait obligée de le faire. elle laisse un large sourire se coller sur ses lèvres, avec une tête mignonne, comme pour se faire pardonner. généralement, ça marche bien comme système. « je vais envoyer un message aux frangins, pour voir quand ils sont libres. ah moins que tu veuilles les rencontrer un par un ? » l'étudiante, elle se dit qu'il va falloir qu'elle organise ça. seulement, elle ne sait pas trop comment. elle a déjà bien dû mal à les voir, alors tous les réunir, ça va pas être de la tarte.

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Lun 11 Juin - 16:11
--------------------


Il lui arrive de s’inquiéter pour Kiara, durant ses absences trop longues et répétées, de s’inquiéter pour leur couple. Bien conscient que ce peut être difficile à vivre, qu’elle peut avoir envie d’autre chose, de plus concret, de constant. Malgré tout, il n’imagine pas la femme qu’il aime le tromper. Peut-être est-il naïf, aveuglé par l’amour, mais il ose croire que les sentiments qu’ils éprouvent sont suffisamment forts pour surmonter cela. Ainsi, ils arrivent à en rire, plutôt que d’en pleurer. Et Kiara sourit, en mentionnant un hypothétique amant. « Il en a de la chance, celui là! Est-ce qu’il le sait ? Prend-t-il vraiment le temps de profiter de ton corps parfait ? » qu’il demande, en se penchant vers elle tout doucement en dégageant sa nuque de ses cheveux. Il vient ensuite embrasser sa joue, puis son lobe d’oreille, qu’il mordille. « Est-ce qu’il connaît déjà le moindre recoins, chaque petite parcelle de peau par coeur ? » Embry n’attend pas de réponse. Il préfère continuer son chemin jusqu’à son cou, qu’il embrasse à quelques reprises. Ses mains viennent se poser sur les hanches de la brunette, qu’il attire un peu plus vers lui. Ses lèvres frôlent la peau douce de Kiara, alors qu’il embrasse à présent l’épaule puis ce que la tenue de l’espagnole dévoile de sa poitrine. Il s’arrête, avant de se perdre et vient plutôt capturer une nouvelle fois ses lèvres, la serrant à nouveau dans ses bras. « C’est fou comme tu m’as manqué! »

Lorsque sa fiancée lui propose de rencontrer sa famille, Embry est surpris. Il ne s’y attend pas. Rien ne l’y avait préparé. Jamais elle n’avait eu envie de le faire, jusqu’à maintenant. Il avait d’abord cru que sa belle brune ne voyait pas leur relation du même oeil, puis il avait cru qu’elle avait honte de lui, même. Mais, avec le temps, Embry avait simplement fait son deuil d’une grande famille unie, en apprenant à connaître sa conjointe et les relations entre les membres de sa famille. Il avait accepté ses choix, ses besoins, et le fait qu’elle n’ait pas cette hâte, cette envie de le présenter. C’est plutôt naturellement, donc, qu’il a pu faire la connaissance, d’une certaine manière, de l’une de ses soeurs. Sans plus, puisque ces deux dernières années, Embry avait entendues toutes les excuses possibles et imaginables, afin de repousser ce moment. Même après ses conversations avec l’ainée de Kiara, après les invitations de sa famille, elle refusait de retourner chez elle et de l’emmener avec elle. Le militaire s’était fait à l’idée. Il n’avait pas insisté. Il avait bien compris qu’elle n’était pas prête. Il attendait que ça vienne d’elle. Tant qu’elle le laissait entrer dans sa vie, dans son coeur, il s’en accommodait parfaitement. Alors, qu’elle le lui demande de cette façon... Ça le prend par surprise. Et sa question, fini de le trahir. Il ne sourit pas. Pas tout de suite. Il réfléchi. Non pas à sa réponse. Lui, il a envie, il est prêt. Il veut faire partie intégrante de sa vie, apprendre à connaître ses soeurs et frères, ses parents. Il aimerait qu’on lui raconte des anecdotes, comment elle était petite. Il aimerait qu’on lui montre de jolies photos. Celles que la femme qu’il aime lui aurait pu lui cacher, par gêne, pendant que sa propre mère les affichaient aux yeux d’une Kiara amusée. Seulement, avant de se réjouir trop vite, il l’interroge. Il veut s’assurer qu’elle ne regrette pas sa question, qu’elle est prête et en a vraiment envie. « il va bien falloir que tu les rencontrent à un moment, non ? et puisqu'on est tous les deux à seville, je pense que c'est le bon moment, pas toi ? » qu’elle lance, loin de le rassurer, mais, il hoche la tête. Il essaie de ne pas s’inquiéter. Après tout, il sait bien que ce n’est pas aussi important pour elle, que ça peut l’être pour lui. Et si cette rencontre s’avère plus difficile que celle entre Kiara et la famille d’Embry, il n’a pas moins envie de les rencontrer. Et l’espagnole, elle sourit lorsqu’il le lui assure, puis la rassure. Malheureusement pour lui, elle saute sur l’occasion. « hum ... c'est vrai que tu devrais te raser. » Le militaire rigole, alors qu’elle boit une gorgée de vin. Il passe ensuite une main sur sa mâchoire velue. Embry n’a jamais aimé se raser. Il arbore constamment une barbe de quelques jours. Habituellement soignée. Cette fois, cependant, la barbe est plus longue. Il y a bien longtemps qu’il ne s’est pas arrêté chez le barbier. Et il a omis de s’en occuper seul, avant de la retrouver. « Ah bon ? Ma fiancée n’aime pas le style homme de crocs magnons ? » qu’il plaisante. Et pourtant, c’est un peu ça. En mission, il néglige cet aspect.

Kiara abandonne les poils au visage de son fiancé, pour lui confirmer la rencontre prochaine. Il sourit d’abord, puis lorsqu’elle l’interroge, le jeune homme marque une pause. Son main sur son menton, il ne sait pas ce qui est le mieux. D’abord, parce qu’il souhaite que ça se passe bien, évidemment. Mais, surtout, il aimerait que son amoureuse soit confortable dans cette démarche. « Toi, qu’est-ce que tu en pense ? » Son choix, quel qu’il soit, sera le sien. Toutefois, il ne veut pas sembler indifférent ou désintéressé. Embry a toujours été impliqué. « On peut y aller doucement, si tu veux. Inviter d’abord tes ainés à la maison, pour le repas. Je peux même cuisiner quelques spécialités italiennes, des recettes de famille, que la nonna m’a transmis! Ça devrait aller, non ? Après tout, c’est comme ça que j’ai convaincu leur soeur de m’épouser... » Il sourit. Il aime bien la taquiner, connaissant l’amour de Kiara pour la bonne nourriture et tout particulièrement la cuisine italienne. Si bien, qu’il avait choisi d’emprunter les recettes de sa grand-mère pour sa demande en mariage. Les préférés de son amoureuse. Il était si nerveux, qu’il craignait de mettre le feu à leur appartement, en accrochant une des nombreuses chandelles qui jonchaient le sol et la table basse. Heureusement, ils n’avaient mis le feu qu’au salon, puis à la chambre à coucher, en pratiquant leur future nuit de noce. « Tant que tu es à l’aise avec ta décision, je vais m’adapter! » C’est tout ce qui l’importe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 12 Juin - 0:55
--------------------


elle plaisante, kiara, parlant de cet amant inventé de toute pièce lorsqu'il lui a demandé si elle attendait quelqu'un. ce n'est pas la première fois qu'elle lui fait ce coup-là. ça l'amuse, de voir que son fiancé rentre dans son jeu. « il en a de la chance, celui là ! est-ce qu’il le sait ? prend-t-il vraiment le temps de profiter de ton corps parfait ? » elle ne peut s'empêcher de rire. c'est arrivé souvent, qu'elle parle d'un amant imaginaire. là, elle se sentait obligé de le ramener dans la conversation. elle en joue, de temps à autres, lorsque la situation le permet. elle esquisse un sourire en coin alors que les paroles du brun lui parviennent. « hum ... je pense que c'est une question que tu devrais lui poser. » dit-elle, en plongeant ses prunelles dans celles d'embry. elle est follement amoureuse, la jeune aguilar. tellement amoureuse qu'elle ne s'imagine plus vivre sans lui. alors le tromper, c'est hors de question. elle l'attendra toujours, même plusieurs années s'il le faut. parce que la belle, elle n'a jamais été aussi bien avec quelqu'un, et elle n'a pas envie de tout gâcher. « est-ce qu’il connaît déjà le moindre recoins, chaque petite parcelle de peau par coeur ? » un frisson lui parcourt le corps alors que les lèvres de son bien-aimé embrassent son cou. elle rêvait de ces moments, où ils se retrouveraient tout les deux. « c’est fou comme tu m’as manqué ! » un large sourire s'installe sur ses lèvres rosées. elle ne cesse de le dire, et de le penser. elle n'a jamais été aussi heureux qu'aux côtés du militaire.  alors qu'il la serre contre lui, kiara hume son parfum. elle a toujours adoré son parfum. elle s'endormait d'ailleurs avec un t-shirt imprégné de son odeur, les premières semaines qui ont suivi son départ. « toi aussi tu m'as manqué. » elle repose une nouvelle fois ses lèvres sur les siennes. elle ne pourrait jamais se lasser de l'embrasser, si même d'être dans ses bras. en angleterre, lorsqu'ils étaient tout deux dans leur appartement londonien, la jeune femme passait son temps dans ses bras. sa présence lui manquait, lorsqu'il était loin. elle s'est sentie seule, la demoiselle, même si des amis proches étaient présents pour elle. ce n'est pas la même chose. elle n'est même pas revenue en espagne, alors qu'elle aurait très certainement dû. kiara, elle propose à son fiancé de rencontrer sa famille. c'est sortit d'un coup. après deux ans à hésiter et trouver des réponses totalement débile pour éviter cette situation, elle a enfin prononcé ces mots. l'étudiante, elle a envie que sa famille soit au courant qu'elle est follement amoureuse d'embry, et qu'elle a envie de passer le reste de sa vie aux côtés du brun. « ah bon ? ma fiancée n’aime pas le style homme de crocs magnons ? » elle fait la moue, la future manning, lorsqu'il réplique à ses paroles. la barde qu'il a maintenant, elle la déteste. mais quand il est rasé totalement, elle déteste aussi. ouais, elle est chiante la gamine. mais elle le préfère avec sa barbe de trois jours. elle l'a toujours préféré avec sa barbe de trois jours. embry lui demande ce qu'elle en pense. kiara, elle ne sait pas vraiment quoi répondre. elle appréhende beaucoup cette rencontre. elle aime sa famille, plus que tout, certes, mais elle ne sait jamais comment ils vont réagir. elle s'attend à tout. surtout venant de ses géniteurs, très conservateurs. elle est leur petit bébé. elle se souvient encore de leurs visages lorsqu'elle a annoncé son départ, à plusieurs milliers de kilomètres du domicile familiale. alors elle redoute qu'ils n'apprécient pas embry. dans tous les cas, elle sait très bien qu'ils ne vont pas être enchantés en apprenant qu'ils sont ensemble depuis deux ans maintenant. ils ne sont au courant de rien, ils doivent très certainement penser qu'elle recherche toujours son prince charmant. ses frères et soeus, ils savent qu'elle a quelqu'un dans sa vie. mais pas plus. elle n'a jamais aimé parler de sa vie privée avec sa famille. elle reste assez discrète sur ça. c'était aussi le cas plus jeune, au lycée, lorsqu'elle a commencé à sortir avec des garçons. « on peut y aller doucement, si tu veux. inviter d’abord tes ainés à la maison, pour le repas. je peux même cuisiner quelques spécialités italiennes, des recettes de famille, que la nonna m’a transmis! ça devrait aller, non ? après tout, c’est comme ça que j’ai convaincu leur soeur de m’épouser ... » kiara, elle s'empare des lèvres de celui qu'elle aime. elle a toujours adoré la cuisine italienne. et elle se souvient de ce soir-là, elle était déjà très heureuse de manger italien, qui plus est des recettes provenant de la famille manning. « c'est pas faux, sans la nourriture, il y aurait peut-être eu une réponse différente. » elle fait semblant de réfléchir, la demoiselle. rien n'aurait pu faire en sorte que sa réponse ne soit pas positive. ce soir-là, elle ne s'y attendait pas vraiment. elle a attendu le lendemain pour envoyer un message à ses amis proches. mais pas sa famille. elle ne voulait pas que ses parents soient au courant. c'est la dernière chose qu'elle voulait. « tant que tu es à l’aise avec ta décision, je vais m’adapter ! » le seul problème, c'est que la brune n'est pas à l'aise avec ça. enfin, pas vraiment. mais elle essaye de ne pas le faire paraître sur son visage. ça va déjà être assez stressant d'organiser tout ça, pour lui comme pour elle. et elle n'a pas envie d'en rajouter. « je vais organiser ça dans la semaine, mais pour l'instant, ne nous stressons pas pour ça. » son regard divague sur les brochures, toujours posées sur la table du salon. et kiara, elle commence à avoir faim. « ça te dit de commander quelque chose ? » elle prend la brochure dans une main, puis fait sa tête de bébé. elle sait très bien qu'ils vont finir par appeler pour commander italien, mais ça fait assez longtemps qu'elle n'a pas pu faire cette petite tête adorable.

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 144
Date d'inscription : 03/06/2018
Points : 0
Pseudo : pan
Age : 32
Statut : Fiancé à Kiara, la femme de sa vie. Un peu plus fou d’elle, chaque jour.
Occupation : Militaire, fusilier-marin dans l'unité des forces spéciales (Royal Marines / Régiment royal des Fusiliers Marins)
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 12 Juin - 8:02
--------------------


Il a suffisamment confiance en elle et en leur couple, pour plaisanter avec la belle au sujet de celui qu’elle attendait. Si bien, qu’il en profite pour lui rappeler à quel point il se sait chanceux, de l’avoir rencontré. Elle s’en amuse et il en profite pour embrasser sa peau dénudée. En commençant d’abord par sa joue. Kiara lui lance qu’il devrait interroger son amant. Alors, il lui demande s’il la connaît aussi bien que lui. S’il l’aime aussi intensément que lui, sous toutes ses coutures… Alors, qu’il continue vers l’épaule de son amoureuse, qui ferme les yeux, profitant de ses baisers, autant qu’il profite de ceux-ci. Tout son être, lui a manqué. Si bien, qu’il cherche à tout prix le contact avec celle qu’il aime. Il a ce besoin de la toucher, de la serrer contre lui. Et il profite de chacun moment opportun, pour le faire. Il profite aussi de leur étreinte, pour lui rappeler comme elle lui a manquée. Il a beau le lui répété, il sait qu’il ne pourra jamais le lui dire suffisamment. Les mots ne décrivent pas convenablement tout ce qu’il éprouve pour elle. Jamais, il n’a aimé si fort, si intensément. Il n’a jamais été plus heureux, qu’avec elle. Et Embry, il n’imagine pas sans vie, sans elle. Il se voit vieillir à ses côtés, à regarder grandir leurs enfants puis leurs petits-enfants.

Il lui a manqué, seulement, son apparence lui déplait. Elle l’admet et Embry, se moque gentiment de lui-même. Il a rarement eu la barbe aussi longue, mais les évènements ont fait en sorte, qu’il n’y a pas porté une grande attention. « D’accord, je me raserais, tout à l’heure ! » qu’il conclue, réalisant qu’il aurait dû prendre quelques minutes de plus, pour lui plaire d’avantage, après ces six mois ou ils furent séparés. S’il avait déjà l’intention de s’en occuper, la moue de Kiara fini de le convaincre.

Il la questionne. Il a envie de rencontrer sa famille. Il a toujours été prêt, Embry. Mais, Kiara ne l’était pas. Alors, il a respecté cela. Et maintenant, qu’elle a envie de franchir cette étape, il en est heureux. Et ils iront à son rythme. La jeune femme à une famille nombreuse et le jeune couple a de grandes nouvelles à leur partager. Mais, ils n’ont pas forcément à tout faire au même moment. Après tout, tous ne sont pas au courant des mêmes choses. La fratrie sait, pour la plupart, que Kiara fréquente un homme. Seulement, le militaire n’a pas eu l’occasion de faire la connaissance ou de discuter avec chacun. Il ne connait que Dalia, l’une des sœurs de Kiara. Et il la connait peu. Ça le rassurait quand même, qu’elle soit là, lorsqu’il rencontrera les autres enfants Aguilar, et tout particulièrement les frères de sa fiancée. Ainsi, il avait proposé de rencontrer d’abord les enfants et de les inviter à un dîner qu’il aurait préparé. Il n’y avait pas pensé sur le moment, mais, le fait qu’il cuisine, lui permettra aisément de sortir de table, au besoin. Il tais cependant cette nouvelle pensée. Au contraire, il plaisante sur la manière dont il a fini de séduire sa conjointe. Et elle en profite pour le taquiner et lui mentionner que sans les plats qu’il avait préparé pour ce repas romantique en tête à tête, elle n’aurait jamais accepté. À cela, Em' rigole entre ses lèvres, prolongeant tout de même un peu le baiser. « J’en prend note, tu sais. Et j’vais cuisiner plus souvent pour toi, maintenant que je suis là ! Et puis, il faudra bien que je t’apprenne quelques petites choses en cuisine, si j’veux faire de toi une épouse respectacle ! » qu’il blague, à son tour. Il n’est pas vraiment macho, Embry. Il a tout de même tendance à sortir quelques blagues de la sorte de temps en temps, pour se moquer… Sans doute un effet secondaire de ces longs mois passés entre hommes, loin d’elle et de toute présence féminine. Mais, aussi de toutes ces années passées avec son paternel. Le brun, en fait, il est avant tout de la vieille école. Sa mère, sa grand-mère et les femmes de la famille restaient à la maison, alors que les hommes quittaient le domicile tôt le matin pour le travail et ne revenait que pour le repas du soir. Il y a ces images, qui font partie de son éducation. En contrepartie, il y a aussi toutes ces petites attentions qui sont toutes naturelles.

À son tour, la cadette des Aguilar tente de le rassurer, pourtant, Embry voit bien qu’elle est nerveuse. Il ne doute pas de ses bonnes intentions et il est ravi qu’elle le lui ait proposé, seulement, il ressent ses craintes. « Hey, ne t’inquiète pas… » Il attrape le menton de Kiara et plonge son regard dans celui azur de son amoureuse. « Ça ira. Si tu n’es pas prête, c’est pas grave, on attendra. On est pas obligés de précipiter les rencontres, ok ? Ni même de leur annoncer immédiatement nos fiançailles, si tu préfères. D’accord ? » Et comme pour la confirmer ses dires, il lui vole un baiser. Après six mois, toutes les occasions sont bonnes, pour venir embrasser sa belle espagnole.  

Lorsque sa gourmande de fiancée lui demande s’ils peuvent commander, Embry hoche la tête. « Oui, d'accord. Tu veux que je téléphone pour passer la commande, pour nous ? » Il lui demande par politesse, par habitude, aussi. Mais, il sait bien que c’est ce qu’elle souhaite. Et Embry, ça ne l’embête pas de s’en occuper. Surtout qu’elle semble bien aimé son accent et la manière dont il prononce les mots. Ils ont bien essayé, les Manning, de lui apprendre quelques mots. Et elle se débrouille bien, Kiara. Mais, il reste encore un peu de travail à faire, niveau prononciation. Elle manque un peu de vocabulaire, aussi. Mais, l’italien d’origine est très fier d’elle. « Qu’est-ce qui te fait envie, mon ange ? Est-ce que je commande nos plats habituels ou tu as des préférences différentes, à ce restaurant ? » qu’il demande, en lui prenant délicatement le pamphlet des mains. Il en profite pour jeter un rapide coup d’œil au menu, pendant qu’elle y réfléchi. Embry hoche ensuite la tête lorsqu’elle lui annonce sa décision. Une gorgée de vin plus tard, il attrape le téléphone et sort son italien, le temps de passer commande. Et s’il prétendait n’avoir pas très faim, le trentenaire réalise qu’il commence à avoir un creux. Et que leur coupe sont presque vides, alors il attrape la bouteille posée un peu plus loin sur la table, afin de les remplir. « En attendant, tu me raconte un peu en détail ce qui est arrivé dans la vie de ma fiancée ? »  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En buena hora
Messages : 136
Date d'inscription : 28/05/2018
Points : 0
Pseudo : lolise, éloïse.
Age : 24
Statut : fiancée à l'amour de sa vie, embry, mais sans nouvelles de son bien-aimé depuis plus de six mois.
Occupation : étudiante en histoire à londres, en angleterre.
Re: say you won't let go. (with embry) - Mar 19 Juin - 21:51
--------------------



elle lui dit qu'il devrait se raser. elle préfère être honnête, surtout qu'elle le préfère avec sa barbe de trois jours. « d’accord, je me raserais, tout à l’heure ! » elle sourit, kiara, victorieuse. même si sa longue barbe lui déplaît fortement, elle lui trouve toujours du charme. il est toujours l'homme qu'elle a laissé partir loin d'elle, il y a environ huit mois. elle a pleuré, ce jour-là, toutes les larmes de son corps en rentrant chez elle. la brune, elle voulait être forte devant lui. mais elle s'est effondrée une fois revenue dans le centre de londres. elle secoue la tête. elle n'a as envie de repenser à ça. pourquoi y repenser ? il est là, devant elle. elle n'a plus à repenser à ces huit derniers mois. kiara, elle parle de cette rencontre fatidique, entre embry et sa famille. une rencontre qu'elle ne cesse de repousser depuis deux années maintenant. depuis que leur relation a été assez sérieuse pour qu'elle rencontre les manning. elle n'était pas prête. ou elle avait simplement peur de la réaction de ses proches. elle-même ne sait pas vraiment. mais maintenant, c'est le moment. pour la première fois, ils sont tous les deux en espagne au même moment. alors pourquoi ne pas rencontrer les aguilar  ? elle taquine, une fois de plus. elle lui dit que sans ses plats, elle n'aurait jamais accepté de l'épouser. ce qui est totalement faux. «  j’en prend note, tu sais. et j’vais cuisiner plus souvent pour toi, maintenant que je suis là ! et puis, il faudra bien que je t’apprenne quelques petites choses en cuisine, si j’veux faire de toi une épouse respectacle ! » elle fait sa tête de pas contente, l'étudiante. avant de le taper gentiment sur le bras. enfin, surtout parce qu'elle n'a jamais eu de force dans les bras, la gamine. elle a la force d'un enfant de cinq ans. et encore, le gosse aurait plus de force qu'elle. elle fait la moue, cherchant ses prochaines paroles. « donc, arrête-moi si je me trompe. mais ce que tu es entrain de dire c'est que ta future épouse n'est pas respectable ? » kiara, elle fait semblant d'être outrée, juste quelques instants. avant de rire. la cuisine, c'est pas son truc. elle préfère regarder son bien-aimé cuisiner et gouter à tout plutôt que de faire les choses elles-mêmes. pourtant, maman aguilar a bien essayé de lui apprendre, sans succès. non, définitivement, la cuisine, c'est pas le truc de l'espagnole. ses pensées divaguent. sur sa famille, et de nouveau cette rencontre prochaine. elle ne peut s'empêcher de s'inquiéter, même quand embry lui demande de ne pas le faire. c'est dans son caractère. elle redoute toujours les grands événements. sa famille rencontrant enfin l'homme qu'elle aime, c'est un grand événement à ses yeux. elle a peur que les aguilar ne l'aime pas, qu'ils ne le trouve pas bien pour elle. et kiara, elle n'a pas envie de perdre sa famille, mais elle est capable de leur tourner le dos s'il le faut. pour rester avec celui dont elle est tombée amoureuse. elle serait capable de tout pour lui. « ça ira. si tu n’es pas prête, c’est pas grave, on attendra. on est pas obligés de précipiter les rencontres, ok ? ni même de leur annoncer immédiatement nos fiançailles, si tu préfères. d’accord ? » elle esquisse un petit sourire, l'espagnol. elle a toujours adoré ça, chez lui, son côté protecteur. le fait qu'il s'occupe d'elle. elle ne s'est jamais sentie aussi bien avec quelqu'un. en même temps, elle n'avait jamais ressentie ça pour quelqu'un, être aussi amoureuse. la belle, elle se laisse embrasser. un largue sourire vient s'afficher sur ses lèvres, avant de disparaître petit à petit. « non, j'suis prête. c'est juste que je redoute un peu cette rencontre .. » elle passe une main dans ses cheveux, cherchant ses mots. « mais j'ai envie qu'ils te rencontrent. qu'ils soient enfin au courant que je suis follement amoureuse de toi. » elle dépose ses lèvres sur les siennes. ses baisers lui ont manqués. elle ferait ça toute la journée, l'embrasser, si elle le pouvait. « mais je pense qu'on devrait attendre un peu pour les fiançailles. ça ferait peut-être trop d'un coup pour mes parents .. » c'est leur avis, qu'elle redoute le plus. la brune, elle n'a jamais été vraiment comme eux. ses frères et soeurs aussi, d'ailleurs. les parents aguilar, ils sont catholiques. ils ont élever leurs enfants dans la religion, et ils s'en sont détachés. alors kiara, elle a peur de leurs paroles. de savoir ce qu'ils vont bien trouver à dire sur son couple. sa faim la tire de ses pensées. elle prend les brochures, demandant à son bien-aimé s'ils peuvent commander. elle scrute le menu, sachant très bien ce qu'elle allait prendre. « oui, d'accord. tu veux que je téléphone pour passer la commande, pour nous ? » kiara, elle hoche la tête. parler au téléphone, ça n'a jamais été son truc. elle aime pas ça. enfin, surtout quand elle doit appeler de simples inconnus. avec sa famille, ses amis et embry, ça ne lui a jamais posé de problèmes. mais avec les inconnus, elle déteste ça. lorsqu'il numéro qu'elle ne connait pas apparaît sur l'écran de son téléphone, elle ne répond jamais, sauf lorsqu'elle attend un appel important. c'est une flipette, la aguilar. surtout quand il faut parler une autre langue que l'espagnol ou l'anglais. et encore, elle cherche ces mots. mais l'italien, elle a essayé de l'apprendre. sa famille de son fiancé aussi, ont essayé de lui apprendre, sans vraiment réussir. « qu’est-ce qui te fait envie, mon ange ? est-ce que je commande nos plats habituels ou tu as des préférences différentes, à ce restaurant ? » la belle, elle fait semblant de réfléchir, alors que le papier disparaît petit à petit d'entre ses mains. elle le regarde partir, comme une enfant. comme si on lui avait enlevé son jouet. alors elle reprend son verre entre ses deux mains, le terminant d'une traite. délicatement, elle le pose sur la table, ne voulant pas le casser. « une pizza ? » elle se tourne vers lui, bougeant dans le canapé. les jambes en tailleurs, elle le regarde avec ses yeux d'enfants. d'habitude, elle aurait prit des lasagnes. mais-là, elle a une folle envie de pizza. comme souvent lorsqu'elle n'a pas envie de faire à manger. d'ailleurs, sa cuisine, elle s'en sert seulement pour le café. et réparer des plats, quelques fois. pas très souvent. le beau brun, il lui demande ce qu'elle a fait, depuis qu'elle est revenue au pays tout en remplissant leurs verres de vin. elle prend l'un d'entre eux, pour le porter à ses lèvres. elle garde le verre entre ses mains, le fixant, tandis que son esprit réfléchissait. « et bien, pas grand chose. à part vagabonder dans les rues et me laisser entraîner de bar en bar jusqu’au bout de la nuit. » elle reprend une gorgée de vin, avant de poser son regard sur le beau brun à ses côtés. c'est la vérité. elle est là depuis quelques semaines, mais elle n'a pas fait grand chose. enfin, seulement photographier tout ce qu'elle voit et finir ses soirées avec des amis, à faire la tournée des bars. en somme, ce qu'elle faisait adolescente, avant de s'installer en angleterre.

hj. vraiment désolée d'avoir mit du temps à repondre.  cor

_________________
when all we see is bad blood and mistakes, all we hear are sad songs 'bout heartbreaks, and no matter how long it takes, we're not gonna give up, we can do better, oh, we can do better, and nothing lasts forever, we can do better.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Re: say you won't let go. (with embry) -
--------------------

Revenir en haut Aller en bas
 

say you won't let go. (with embry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mi casa es tu casa :: Sevilla :: El Oeste :: Triana-